Vous connaissez tous un collègue particulièrement chiant ?

Publié : Par

Collègue chiantAu bureau comme dans tous les autres lieux et cadres de sociabilité de notre vie, nous côtoyons bon nombre de personnes avec lesquelles nous entretenons des relations et développons plus ou moins d’affinités. Si celles-ci sont avant tout liées à des traits de personnalité et de caractère forcément subjectifs, il est néanmoins possible de trouver des personnes qui représentent ou cristallisent, un peu ou totalement, des clichés et des « personnages types » que vous reconnaîtrez certainement… 

Parmi la liste suivante « d’insupportables », vous en trouverez peut-être un (ou plusieurs) qui vous fera penser à quelqu’un de votre entourage…

1) Le « faux-cul » (Hypocrite)

Il y a toujours, partout et tout le temps, au moins un faux-cul. Il a toujours quelque chose à dire, généralement de positif à son interlocuteur direct (qui est en-face de lui), et de négatif dans le dos de quelqu’un. Méfiez-vous de ses informations à la fiabilité douteuse, souvent issues de commérages et de on-dit…

Il se présentera comme votre meilleur ami, celui qui vous veut du bien. Mais ça, ce ne sont en réalité que des apparences. Dans votre dos ou celui d’un collègue,  il aura toujours quelque chose de désagréable à raconter à votre ou à son propos.

Notre conseil : évitez au maximum tout contact avec lui. Vous pouvez l’affronter frontalement, mais vous prenez alors le risque qu’il tente de vous nuire, alors qu’il suffit d’attendre pour que tout le monde finisse par se rendre compte de son hypocrisie, voire de sa malveillance…

Vous aimez gérer l'ambiance de travail d'une Team ? Découvrez ici toutes nos offres RH

 

2) Le petit comique ou  « boute-en-train »

Il a toujours une bonne blague à raconter (« et tu connais la dernière.., j’en ai une bien bonne… »)… sauf qu’elle n’est jamais drôle, et que vous vivez chaque fois un grand moment de désarroi, au moment de préparer votre rire forcé…que vous arborez par gentillesse, charité voire...pitié. 

Méfiez-vous de ne pas vous laissez distraire et de ne pas devenir le public privilégié de ce genre de clown… un peu lourdaud.

Notre conseil : L’arroseur arrosé…est une recette intemporelle qui marche toujours. Quand le petit « gugusse » s’arrête à votre bureau, racontez-lui une blague…null(issime)e ! Ainsi, vous lui prendrez son rôle, et il y a fort à parier qu’il choisisse une autre victime consentante !

râleur

 

3) Le négatif en plein

Sa spécialité, c’est de descendre en flèche toute idée, initiative, ou nouvelle démarche. Un coup à vous démotiver de bon matin, ou à saper le moral des plus enthousiastes…Certains représentants de cette engeance seront encore plus négatifs quand une idée est suggérée en présence du boss.

Notre conseil : Mieux vaut prévenir que guérir ! N’essayez surtout pas de le convaincre ou de débattre avec lui personnellement, il a probablement l’habitude de susciter des réactions et de mener des argumentations. Anticipez et menez plutôt l’offensive lors d’un meeting : soulignez l’intérêt et les avantages de votre idée, et surtout présentez vous-même les points susceptibles d’être contredits par M. (ou Miss) Négatif ! Proposez immédiatement des solutions aux défauts éventuels avant que ceux-ci soient soulevés, lui coupera l’herbe sous le pied. Il n’aura alors plus qu’une chose à faire : proposer une nouvelle idée, ce dont il est incapable.

colérique

 

4) Le meilleur ami (parfois ce profil se rapproche ou se confond avec le « faux-cul »)

Ses intentions semblent à première vue louables : il veut juste devenir votre ami. S’il est objectivement agréable d’avoir un « ami » et quelqu’un avec qui on s’entend bien au bureau, méfiance tout de même. Certaines personnes à priori bien intentionnées peuvent être en réalité des manipulateurs qui s’évertueront à saboter votre projet et vos éventuelles ambitions.

Notre conseil : Restez sur vos gardes avant de trop vous rapprocher. Ne partagez peut-être pas de choses trop personnelles avant d’être sûr du bien-fondé de ses intentions. Ce « type » de personne peut vite s’avérer intrusive et clairement empiéter sur votre vie privée. Gardez une certaine imperméabilité entre votre vie personnelle et votre vie professionnelle vous garantira une certaine tranquillité.  « Pour vivre heureux, vivons cachés » dit l’adage.

 

5) Le  « control freak »

Le control freak a un tel besoin de contrôler sa vie, qu’il se permet de contrôler des éléments extérieurs à sa personne, et même de dicter à son entourage le comportement qu’il doit adopter. Dans le boulot,  il trouvera toujours des tas d’éléments positifs à vos idées, mais à la condition sine qua non d’y être lui-même associé. Pour un control freak, tout doit être planifié, calculé, organisé selon un déroulement précis qu’il a rigoureusement décidé. Les control freaks pensent généralement que leur intervention est indispensable à la réussite de toute entreprise. Ce comportement cache en réalité un sentiment de supériorité, d’où la nécessité de tout contrôler (puisque les autres n’en sont pas « capables »).

Notre conseil : S’il vous propose son aide, méfiez-vous ! Vous risqueriez de perdre la main et le contrôle de votre projet. Le control freak se mêlera de tout, c’est plus fort que lui. Vous pouvez tenter de l’aider en le poussant à s’ouvrir aux autres et à faire d’avantage confiance.

Vous aimez gérer l'ambiance de travail d'une Team ? Découvrez ici toutes nos offres RH

Retour à la liste