Vers une profonde mutation du marché du travail dans les 15 années à venir

robot_net.jpg

 

Le marché de l’emploi est en perpétuelle évolution et celle-ci devrait au minimum se maintenir voire s’accélérer. Selon une étude publiée récemment par le CBRE - le CBRE est l’acronyme de Coldwell & Banker & Richard Ellis, il est le leader mondial du conseil en immobilier commercial, et est côté sur le New York Stock Exchange, avec approximativement 44.000 employés - intitulée Fast Forward , 50% des métiers tels que nous les connaissons actuellement vont disparaître d’ici 2030. Cela ne signifie pas automatiquement qu’ils n’existeront plus, mais qu’ils vont au minimum profondément évoluer quant au contenu et à l’organisation du travail.

 

 
3 GRANDES TENDANCES
 
Selon une étude du professeur américain Daniel Jelski (doyen de l’école des sciences et d’ingénierie de la New Paltz State University of new York), 3 grandes tendances se dégageront dans un futur proche. La première prévoit que l’ordinateur (ou le robot) prendra de plus en plus de place, et que de ce fait, les gens ne feront plus que les travaux qu’il ne pourra pas réaliser.
 
AUTOMATISATION
 
Après l’industrie, l’automatisation a maintenant gagné le secteur des services. Toutes les tâches répétitives pouvant être automatisées le seront et d’ailleurs la plupart le sont déjà. L’intervention humaine sera néanmoins toujours indispensable pour faire fonctionner, exploiter et valoriser ces robots. Corrélativement à cette donnée, les emplois dans les sciences de l’informatique devraient être voués à un bel avenir. Le deuxième point est une conséquence directe du premier: les personnes disposant de compétences « non-échangeables » ou « non-informatisables » auront d’avantage de chances de réussir.
 
INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE
 
Cette dimension devrait quant à elle favoriser à l’avenir les connaissances et compétences spécifiquement humaines, créatives et sociales, telles que l’empathie, la compréhension, la psychologie et tout ce qui fait intervenir l’intelligence émotionnelle. Ces qualités devraient devenir très prisées dans un marché du travail de plus en plus compétitif. Le troisième et dernier élément mis en avant par cette étude, peut-être celui qui nous intéresse le plus, concerne la forme que prendra le travail du point de vue de son organisation. Les travailleurs « Freelances » et indépendants seront de plus en plus nombreux. Cette tendance est constante et semble s’intensifier.
 
FLEXIBILITÉ DU TRAVAIL
 
Un quart des travailleurs à temps plein actuel pourrait devenir indépendant d’ici 2025, toujours selon ces deux études. L’emploi fixe se transformant progressivement en réalisation de projets prédéfinis. Ce dernier aspect n’est pas forcément négatif et doit surtout encourager les gens, particulièrement les jeunes, à développer des compétences plurielles et transversales , à appréhender le travail différemment, et à développer de la flexibilité. Selon un rapport de l’Institut d’enquête du travail et de la société (HIVA) de la KU Leuven,vle travail intérimaire est le secteur qui a la plus forte croissance sur le marché belge du travail. «L’intérim est l’un des secteurs ayant connu une des plus fortes croissances. 14.500 emplois ont été créés » expliquent les chercheurs Ludo Struyven et Tim Goesaert. Ces éléments ne sont que prédictifs mais néanmoins à prendre en compte.
 
YOURI DEMIANOFF

Publié :

Retour à la liste