Les objets connectés: une (R)évolution

Ores emploie à l’heure actuelle 2.350 personnes, techniciens, personnel administratif et cadres, qui doivent être formés régulièrement pour évoluer conjointement à l’évolution technologique. Nous avons rencontré Eric Bossart, Manager Stratégie Opérationnelle et Partenariats externes, qui nous expliquent les enjeux de la formation pour une entreprise comme Ores.

M. Bossart, quelle est l’importance de la formation pour une structure comme Ores ?

« Au vu de la nature de nos activités, et des aspects techniques qu’elles revêtent, il est indispensable pour nous que nos collaborateurs soient formés aux dernières évolutions techniques et technologiques. Notre entreprise est dans une démarche permanente de recherche et d’optimisation de la qualité. Suivre avec attention les dernières évolutions techniques, et y former nos collaborateurs, nous permet d’améliorer la qualité de nos services, dans le but final de maximiser la satisfaction de nos clients. »

Concrètement comment se matérialise ce besoin de formation ?

« Nous dispensons des formations à nos collaborateurs quand ils sont engagés, mais également après, dans une optique de formation permanente. Cela implique évidemment un coût, mais nous estimons qu’il en vaut largement la peine. Ces formations sont un vecteur d’attractivité et de rétention de nos collaborateurs pour notre entreprise. Les nouveaux arrivants, après être passés par notre centre de formation, bénéficient de l’expérience d’un travailleur expérimenté, qui les confronte à la réalité du terrain.»

Quelles sont les évolutions notables dans votre secteur  ?

« Nous entrons dans l’ère du SMART, des objets connectés, ou de l’internet des objets. Beaucoup de métiers sont concernés par cette (R)évolution. Le principal défi consiste à l’intégrer dans les formations existantes, au niveau technique, mais également et surtout au niveau culturel. Ces évolutions sont incontournables, et vont faciliter notre vie, en améliorant le confort et la viabilité. Les services doivent correspondre à cette tendance, en étant particulièrement orientés vers le confort du client. L’évolution étant déjà en marche, la formation, pour être efficace et utile, doit s’y adapter.» 

C’est-à-dire, pratiquement ?

«Les entreprises doivent s’impliquer d’avantage et devenir co-formatrices, pour subvenir qualitativement et quantitativement à leurs besoins. Ores a par exemple récemment développé avec la Haute-école de Condorcet à Charleroi, un master en alternance en maintenance électro-mécanique. La société dans son ensemble a un rôle de smart education à jouer. Elle doit sensibiliser les jeunes à la transition numérique, et ainsi faire se rencontrer l’offre et la demande de compétences. »

 

 

Par

Publié :

Retour à la liste