Le commerce en ligne devrait doubler d’ici 2018

e-commerce_site_0.jpg


En développement constant depuis son avènement il y a une vingtaine d’années, l’e-commerce prend une place de plus en plus importante dans la grande distribution (selon COMEOS, la fédération professionnelle belge du commerce et des services, 61% des belges achètent en ligne). Les grandes enseignes suivent la tendance en développant leurs offres. 
 
Thomas de Ganck (Lidl) nous précise les nouveaux métiers liés à cette évolution: « Lidl a décidé d’adopter une stratégie omni-canaux, l’offre online venant compléter celle des magasins physiques. Nous ne craignons pas la cannibalisation. Nous estimons que cette complémentarité est positive. Le digital ouvre la voie à de nouveaux métiers: des infographistes, des Google SEO / SEA (référencement naturel et payant), des développeurs WEB et SAP et des User experience designer. »
 
Un canal spécifique 
 
Les différents intervenants estiment donc que le commerce en ligne, en tant que canal spécifique va créer de nouveaux emplois. 
 
Katia Romano (Colruyt Group) nous explique le phénomène: « Les clients ne sont pas 100% commerce physique ou 100 % online, ils sont devenus hybrides. Ils profitent des avantages qu’offrent les deux systèmes. Collect & Go marche très bien, et le panier moyen y est trois fois supérieur au magasin physique, notamment parce que les clients commandent leurs courses pour la semaine. Cela leur permet de maîtriser leur budget en évitant les achats impulsifs et de ne pas y consacrer une trop grande partie de leur temps libre. » 
 
Selon COMEOS, l’e-commerce pèse actuellement 5% de l’ensemble du commerce de détail, et ce chiffre devrait doubler d’ici 2018. L’évolution vers un modèle « click & mortar » (magasins et e-shop) semble donc inévitable

Youri Demianoff

 

Publié :

Retour à la liste