Jolimont: un personnel aux profils variés vu l’absence d’externalisation

jolimont.png


Le groupe Jolimont, ce sont quelque 3.500 collaborateurs salariés, 450 médecins mais aussi 4 hôpitaux, une dizaine de polycliniques, 6 maisons de repos et de soins, ainsi que des crèches et garderies, un centre de santé mentale et de guidance, un centre de formation et un centre de recherche réparti dans les provinces du Hainaut et du Brabant wallon.    
 
En matière de recrutement, le groupe est toujours en recherche de nouveaux talents dans une diversité de métiers. «Notre particularité, c’est que nous n’externalisons aucune des activités pratiquées quotidiennement dans notre secteur», explique Véronique Guilmot, Directeur des Ressources Humaines du Groupe Jolimont. «Il y a bien évidemment du personnel soignant, mais aussi tout le personnel administratif, technique, de gestion et ouvrier. Nous avons, par exemple, du personnel propre dans nos buanderies ou nos techniciennes de surface en interne», ajoute-t-elle. Le groupe est donc un important pourvoyeur d’emplois dans la région. 
 
Du côté des pénuries qui peuvent toucher certains métiers, Véronique Guilmot estime qu’elles varient, en tout cas pour le Groupe Jolimont, au cours du temps. «La pénurie est vraie pour certains métiers, et elle est relevée par les organismes officiels, mais elle est plutôt fluctuante. En revanche, pour les infirmières, cette pénurie est présente depuis plusieurs années. Nous sommes donc amenés à activer divers canaux de recrutement (comme le recrutement à l’étranger ou l’intérim). A l’heure actuelle il est plus compliqué de trouver des infirmières pour le bloc opératoire». 
 
RECRUTEMENT VARIABLE 
 
«Nous devons faire face à deux types de concurrence sensiblement différents. Pour le personnel soignant, il y a évidemment la concurrence au sein du secteur non-marchand. Ainsi, sur le plan salarial du personnel soignant, c’est à peu près équivalent partout. Mais pour d’autres métiers, par exemple pour nos informaticiens, nous sommes confrontés à la concurrence du secteur marchand. Nous mettons alors en avant nos atouts propres. Nous avons des crèches, par exemple, et ça peut être un argument pour attirer des gens. Nous sommes aussi très orientés vers le bénéficiaire, et c’est une dimension qui peut motiver », ajoute la Directrice RH. 
 
Le groupe mise aussi beaucoup sur l’engagement de son personnel. « On souhaite qu’une valeur ne reste pas que théorique. On veut qu’elle soit mise en pratique dans l’implication professionnelle », poursuit Véronique Guilmot. « On a développé un outil d’appréciation qui fait en sorte que tout travailleur s’engage à respecter les valeurs du Groupe, déclinées en compétences au niveau de la pratique de son métier ». Parmi ces valeurs, épinglons l’orientation vers les services aux bénéficiaires, et la capacité d’accueillir à travers une prise en charge humaine et appropriée aux besoins.  L.B.

Publié :

Retour à la liste