Duo 100% autodidacte au Lazarus

lazarus.jpg


Sabrina Berhin

Bâtiment moderne, décoration chaleureuse et ambiance décontractée: vous voilà au cœur du restaurant Lazarus. L’établissement, ouvert depuis la fin du mois de novembre, est tenu par Isabelle Verstraeten et Jean-Charles Barthélémy. Un duo belgo-français qui se démarque par sa formation… sur le terrain.
 
Les deux passionnés n’ont en effet pas suivi un cursus habituel. Isabelle s’est lancée dans la restauration en 2003. Toutes ses connaissances, elle les a acquises grâce à l’expérience. «Je me souviens qu’au début, je n’y connaissais rien en vin. Et pourtant, je devais conseiller des clients. Je me suis donc intéressée à la question. Finalement, j’ai même été élue meilleure sommelière du Brabant wallon en 2011-2012!», sourit-elle.
 
Tombé dans la marmite
 
En cuisine, Jean-Charles a aussi appris le métier par lui-même. «Petit, j’allais souvent dans de bons restaurants avec mes parents. Mon enfance a baigné dans la grande gastronomie. C’est comme ça que je suis tombé dedans. J’ai commencé par éplucher les légumes. Et aujourd’hui, je dispose de ma propre cuisine.»
 
Le parcours de ce duo autodidacte fait rêver. Après avoir travaillé pour d’autres, ils exercent enfin à leur propre compte et gèrent tout comme bon leur semble. Côté déco par exemple, le couple a pu laisser libre cours à son imagination. «Nous voulions recréer une ambiance «comme à la maison», rapporte Isabelle. Ici, les gens peuvent prendre leur temps, ou manger un petit bout rapidement s’ils sont pressés.»
 
Aux fourneaux, Jean-Charles cuisine à sa manière. «Je ne travaille qu’avec des produits frais, explique-t-il. Tous les jours, je vais faire les courses. Et si nous avons du monde, il m’arrive d’y retourner une seconde fois.» La carte est actualisée quotidiennement, en fonction des envies… et de ses idées. «Nous essayons de proposer à chaque fois six ou sept entrées et autant de plats.»
 
Sur la carte, nous retrouvons toutefois quelques «traditionnels», tels que le tartare de thon au foie gras, les ris de veau sauce archiduc ou encore un œuf cuit à 64ºC. Basque d’origine, Jean-Charles a également l’intention d’ajouter à la carte quelques spécialités du pays, «comme le poulet basquaise»
S.B.

Publié :

Retour à la liste