Débat sur les métiers techniques: la formation en alternance

La formation en alternance

La formation en alternance (ou formation dite duale) est extrêmement répandue chez nos voisins allemands et suisses, et également en communauté germanophone. Elle y obtient des résultats probants et continue donc à se développer en Wallonie. L’apprentissage d’un métier technique, qui par sa nature même demande de la pratique, s’accorde particulièrement bien à ce type d’enseignement. 


Méthode privilégiée d’apprentissage des métiers techniques
Il est impensable d’aborder le sujet des métiers techniques sans s’intéresser parallèlement à la formation qui leur est généralement associée, la formation en alternance. Ce système consiste à organiser l’emploi du temps de l’apprenant en combinant formation purement théorique et pratique professionnelle directement dans une entreprise. Cette méthode offre un avantage mutuel : le jeune acquiert une expérience professionnelle qui constituera un atout dans sa recherche d’emploi, tandis que l’entreprise peut jauger l’apprenant sur le terrain, avant éventuellement, de l’engager. Les participants de notre débat ont été unanimes sur le sujet de l’alternance: il faut l’encourager et la développer sans cesse. 


Christian Eymael de Technocampus explique: «La partie alternance est tout à fait fondamentale par rapport aux différents créneaux de formation de techniciens. Elle n’avance cependant pas assez vite, car je pense qu’elle n’est pas culturellement ancrée dans notre pays, qui ne la porte pas dans ses gênes.»

Et Mme De Coninck d’ajouter: «Nous devons continuer à développer l’alternance, et ce même à des niveaux supérieurs pour des profils d’ingénieurs par exemple. Certains exemples existants ont déjà fait leurs preuves, comme les nouveaux masters en alternance pour les profils HVAC, qui sont très demandés.» 


M. Mélon conclut: «Nous sentons un début et une volonté de mise en place en Belgique, mais on est effectivement très en retard sur des pays limitrophes, tels l’Allemagne ou la suisse qui en ont fait une filière d’excellence. Pour une entreprise allemande, l’alternance est encore mieux qu’une filière normale. Un ingénieur qui sort de l’alternance est ce qu’il y a de mieux.» 

Par

Publié :

Retour à la liste